FETE MEDIEVALE 2017 A

CONTAMINE-SARZIN

Pour cette 3ème édition, la fête qui s’ouvre le samedi 2 septembre 2017 dès 13h00 est accompagnée par la pluie qui annonce faussement l’automne.

Mais ce n’est pas ce petit caprice du ciel qui va gâcher la journée et qui parviendra à démoraliser les organisateurs ainsi que les participants.

Une averse permet aux premiers participants de se réfugier sous les abris et de parler de la pluie et du beau temps qui tarde à venir.

(photos MT Buda 02.09.2017)

Dès mon arrivée, je suis intriguée par un groupe d’hommes en kilt qui, à tour de rôle, lance un tronc d’arbre de belle dimension et d’un poids respectable (selon Wikipédia le tronc d’arbre mesure entre 5 et 6,5m et il doit retomber perpendiculairement sur le sol).


Ici c’est Valerian qui réussit parfaitement le lancer du tronc d’arbre.


Un autre concurrent  de la Confrérie des Centaures se prépare.

C’est Mélanie de la Confrérie des Centaures qui m’explique les différentes épreuves des Highland Games (jeux écossais) dont le lancer du tronc (toss the caber) en est un exemple avec le tir à la corde (tug of’war) et le lancer du caillou (open stone et braemer stone).


Deux équipes s’affrontent avec le tir à la corde (photo MT Buda 02.09.2017)



Le lancer du caillou comporte deux pierres : la pierre légère (open stone) de 7,2 kg et la pierre lourde (braemer stone) de 10 kg (photos MT Buda 02.09.2017)


Après cette belle démonstration de force, le public assiste à un mariage celte célébré en plein air par un druide ou une prêtresse à l’intérieur d’un cercle tracé au sol dans le sens des aiguilles d’une montre.

Le mariage celtique était un contrat d’union pour une durée d’un an et un jour. De nos jours, il est possible de choisir la durée pour laquelle on veut se marier. (photos MT Buda 02.09.2017)


Je poursuis ma visite et je rencontre Marc qui se prépare à cuire le pain. Une partie est façonnée par les enfants dont l’atelier est installé à proximité du four à bois. Comme le four est trop chaud il faut attendre en l’aérant un peu.

Dans la cuisine de la salle des fêtes, les gratins au panais sont en cours de cuisson et l’odeur est d’ores et déjà alléchante (vivement demain midi !).


Le panais était autrefois très cultivé comme légume et comme plante fourragère (source Wikipédia) mais cette culture a été quelque peu délaissée de nos jours. Le panais qui se récolte en automne doit être semé dans un sol très léger avec du sable. Il ne réclame aucun entretien particulier.

Le temps s’améliore brusquement vers le milieu de l’après-midi et le public commence peu à peu à arriver.

Je m’intéresse particulièrement à cette drôle de machine bien encombrante dans une maison et qui semblerait être utile, avec un certain entrainement, pour casser des noix .

(photo MT Buda 02.09.2017)


Je visite ensuite les habitats médiévaux qui me paraissent bien aménagés pour une vie de camp.

 (photos MT Buda 02.09.2017)

Dimanche matin alors que le soleil est enfin revenu, le public est accueilli par l’odeur et le bruit de la poudre. Cette arme à feu basée sur l’explosion de la poudre noire nous est présentée par la troupe l’Herpaille de Saint-Martin.

(photos MT Buda 02.09.2017)




A proximité mais dans un tout autre autre registre, on s’amuse également à se déséquilibrer avec un ustensile de cuisine.

(photos MT Buda 03.09.2017)



Vue sur différents piloris qui ne tentent personne.

 (photo MT Buda 02.09.2017)



Ici et là

des casques de guerriers et un équipement

 corporel défensif d’un autre temps.


Un peu plus loin la compagnie d’animation l’Esbaudye nous invite à nous divertir en musique avec Dame Cousine, Damoiselle Elodie et

Messire Luc.



J’ai recherché le nom de l’instrument au son très particulier, une sorte de violon à touches, qu’utilisait Damoiselle Elodie. Il s’agit probablement d’un nyckelharpa. Le nom de cet instrument signifie « vièle à clavier ; il appartient à la même famille que la vielle à roue et la vièle et il existe depuis le Moyen-Age.


En tout temps, le commerce a été la base même de toute société et durant le haut moyen-âge (de 476 à 987) le système économique est fondé sur l’échange direct de biens (troc) donc sans intervention de monnaie.

Ci-contre une reproduction d’une rue marchande au moyen-âge

 (source histoire-france.net)


(photo MT Buda 02.09.2017)



(photo MT Buda 03.09.2017)



(photos MT Buda 02.09.2017)



(photo MT Buda 02.09.2017)



C’est sur cette dernière image de l’entrée de la fête médiévale 2017 que je referme cette publication avec pour prochain rendez-vous

 les 25 et 26 août 2018.

(photo MT Buda 02.09.2017)



(photo MT Buda 02.09.2017)



(photos MT Buda 02.09.2017)



(photo MT Buda 02.09.2017)


(photos MT Buda 03.09.2017)